Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Richard et Iehl parés pour les Bermudes

[Equipe de France de Match Racing]  - le 04/10/2010

[Equipe de France de Match Racing]

A retenir dans ce communiqué :
- L'Argo Group World Cup débute demain aux Bermudes
- Mathieu Richard et son équipage sont toujours en tête du championnat du monde
- Seule une place en finale leur permettra d'augmenter leur avance
- Damien Iehl est également engagé
- Focus sur : Greg Evrard, bras droit de Mathieu Richard

« Une finale sinon rien », cela pourrait être le slogan, à peine réducteur, de cette Argo Group World Cup pour l'équipage de Mathieu Richard. Toujours en tête du World Match Racing Tour, le skipper n'a jamais été aussi près du titre et aborde cette étape dans une configuration incongrue : seule une place en finale peut encore lui permettre de marquer des points dans la course au titre mondial ! A l'origine de cette situation inédite pour les Français, le règlement du circuit qui ne retient que les cinq meilleurs résultats de l'année. Mathieu et ses hommes, après une saison exceptionnelle, ont cumulé trois victoires et deux places de trois, ils doivent donc prendre la deuxième, voire la première place pour que cette étape bermudienne soit comptabilisée, autant dire que les points sont plus chers que jamais. « Cela ne change rien à notre approche de l'épreuve, ça nous fait plus sourire qu'autre chose » explique Greg Evrard, le tacticien du bord, plutôt satisfait d'aborder la fin de la saison avec une telle avance. Dans le camp nantais, la pression monte doucement mais surement à l'approche de la finale qui se déroulera en Malaisie début décembre. « Les gens qui nous suivent et qui ont envie qu'on aille jusqu'au bout nous mettent une certaine pression même si, aux Bermudes, ce ne sera que du bonus » résume Mathieu.
Pour l'autre équipage de l'équipe de France de Match Racing, mené par Damien Iehl, on ne parle pas d'objectif chiffré mais seulement de faire « une grosse performance ». Invités pour la troisième fois de la saison sur une étape du WMRT, Damien et ses hommes, veulent faire forte impression sur des bateaux qu'ils connaissent peu. Pour trouver leurs marques sur ces IOD, quillards typiques de l'archipel dessinés en 1936, ils sont venus deux jours avant le début de la compétition afin de s'entraîner avec l'équipage de Mathieu Richard. Dès demain, ils débuteront la compétition par les phases qualificatives comme leurs 21 concurrents. La finale est programmée dimanche prochain.

Interview de Mathieu Richard :
« C'est une épreuve qu'on aime bien. Nous l'avons gagné en 2007 et avons terminé 2ème en 2006. Le bateau est très particulier car il a beaucoup d'inertie. Il faut beaucoup anticiper et être précis car les rotations sont lentes. C'est sûr que la pression de fin de saison n'est pas loin, surtout quand on est leaders comme nous en ce moment. Les gens qui nous suivent et qui ont envie qu'on aille jusqu'au bout nous mettent une certaine pression même si, aux Bermudes, ce ne sera que du bonus. En effet, ce sont les 5 meilleures perfs de la saison qui sont comptabilisées. Aujourd'hui, nous avons trois victoires et deux places de trois, il faut donc faire mieux que trois. C'est très simple, il faut être en finale pour marquer des points ! »

Interview de Damien Iehl :
« Ce sera la troisième fois que nous participons à cette étape des Bermudes. Nous sommes venus deux jours plus tôt afin de nous entraîner avec Mathieu. C'est vraiment une reprise de l'engin. C'est un bateau très particulier qui tourne très peu. Ce sont de vieux bateaux, pas tous identiques, c'est sûr qu'on est loin du multicoque ! Ces deux jours d'entraînement vont nous permettre d'arriver lancés pour passer le « cut » des quarts de finale. L'objectif est de faire une grosse performance. Il y a un beau plateau mais nous n'avons peur de personne. De toute manière, nous pouvons battre tout le monde. »

Focus sur : Greg Evard
Né le 19 janvier 1974

Il y a dans cet équipage de Mathieu Richard des profils étonnants. L'un est thésard, l'autre officier de Marine Marchande, alors que le troisième et un spécialiste du droit maritime. Greg Evrard pour sa part ne déroge pas à cette règle de conjuguer réussites professionnelle et sportive. A 38 ans, il est directeur opérationnel de Northsails France, une des voileries les plus prestigieuses du territoire. Ce poste à responsabilités dans le civil n'est d'ailleurs guère éloigné de celui qu'il occupe au sein de l'équipage. Régleur de Grand Voile et tacticien, il a l'oreille du barreur et prend les grandes décisions dès que les choses s'accélèrent. A terre, il gère les comptes du groupe mais, plus important encore, il est consulté pour tous les choix d'avenir que doit prendre l'équipage. « C'est quelqu'un dont l'avis est important, il a une vision stratégique de l'évolution de notre carrière. Il sait où on peut, et où on doit aller » témoigne Mathieu qui aurait bien du mal à s'en passer après 14 ans de vie commune. Car c'est bien dans ce binôme que l'on trouve la source de l'histoire qui s'écrit aujourd'hui. Tout a débuté en 1996, avec une participation à la course étudiante de l'Edhec et depuis, les deux hommes ne se sont pas lâchés. « En Mumm, en multi ou en match race, nous avons navigué sur tous types de bateaux. Certaines années, nous avons passés 200 jours ensemble, souvent dans le même hôtel ! » se rappelle Greg. L'association a donc un côté « vieux couple » mais qui ne serait réuni que pour le meilleur. « On n'a jamais considéré les choses comme acquises, j'ai déjà dit à Mat qu'il pouvait prendre quelqu'un d'autre s'il pensait que ça pouvait mieux marcher. Notre clé, c'est la liberté ». S'il est considéré par son barreur comme « un visionnaire », Greg rechigne à parler d'avenir. Il n'annonce qu'un seul objectif : le titre mondial 2010 plus que jamais à portée de main. Après cette  échéance, tout reste ouvert : la Cup ou un projet en multi 70 font partie du domaine du possible mais pas seulement. « On peut très bien imaginer une transat AG2R, en double avec Mathieu » imagine le tacticien guère effrayé à l'idée de lâcher les parcours entre trois bouées du match racing au profit d'une course-marathon de 4000 milles.

Les équipages engagés :
Mathieu Richard (APCC Voile Sportive)
Greg Evrard (APCC Voile Sportive)
Olivier Herlédant (APCC Voile Sportive)
Yannick Simon (SNBSM)

Damien Iehl (APCC Voile Sportive)
Devan Le Bihan (CN Lorient)
François Verdier (YC Grande Motte)
Fredéric Guilmin (APCC Voile Sportive)

Plus d'infos : http://bermudagoldcup.com/

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :