Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Laborieuse et méritée : Cammas et ses hommes remportent la 2ème étape du Tour de France à la Voile

[Habitable]  - le 04/07/2013

[Habitable]

Ils en ont plein les bottes, les hommes de Franck Cammas, mais leur deuxième victoire de ralliement leur redonne le sourire. Groupama 34 s'impose à Dieppe aujourd'hui après presque 25 heures de près entre Hollande et Seine-Maritime. Il devance Bretagne Crédit Mutuel Elite de 8 minutes et Sodebo M34 de 11 minutes sur cette étape de coefficient 4.

Parti de Hollande à midi hier, Groupama 34 a coupé la ligne dieppoise à 12h37 aujourd'hui. Les 11 autres M34 ont suivi en 51 minutes. Quasiment 25 heures de près dans la pluie, le gris, le courant et les vagues, près de 200 virements pour certains et du près constant : « on est content d'arriver » souffle le navigateur de Groupama 34 Erwan Isral. « C'était un peu long, le bateau est exigeant et physique. »

La première bagarre a eu lieu hier après-midi entre Groupama 34, Sodebo M34, Bretagne Crédit Mutuel Elite et Team OmanSail le long des plages hollandaises, Ville de Genève - Carrefour Addictions et Courrier Dunkerque 3 pas loin derrière.  

« Crédit Mutuel était extrêmement rapide et on s'est échappé tous les deux, » raconte Isral. « On a ensuite eu un petit brin de réussite à Dunkerque en décroisant : on a du vent de droite en étant à droite, ce qui a créé un petit décalage. Du coup, on a réussi à garder le courant plus longtemps et ça a creusé par chance. Après le cap Gris Nez, on n'a plus eu qu'à gérer. »

Victoire ou pas, l'étape était ardue pour Groupama 34 comme pour les autres. Il y a eu les changements de vent, de 10 à 15 nœuds de sud-ouest ou d'ouest, les bancs de sable - beaucoup de M34 ont talonné -, le manque de visibilité à cause de la brume. Les longues heures de rappel fatiguent, le manque de sommeil rend nauséeux, la nourriture froide et vite avalée ne nourrit pas vraiment.

Alors ils sont soulagés d'être arrivés, les premiers parce qu'ils multiplient par 4 leurs bons résultats grâce au coefficient de la manche, les autres parce qu'ils vont pouvoir s'étirer, s'alimenter et se reposer. À Dieppe, le classement général provisoire place toujours Groupama 34 en tête et Bretagne Crédit Mutuel Elite gagne une place, il est deuxième. Fort de sa troisième place aujourd'hui, Sodebo grimpe troisième au général provisoire tandis que Courrier Dunkerque, 5e de l'étape de ralliement Dieppe, redescend à la 4e place et qu'OmanSail, 4e, redescend à la 5e. Les jeunes de Normandie, 11e aujourd'hui, mènent le classement amateur à égalité de points avec Iskareen.

Le temps de souffler et de sécher les bottes et les marins reprendront les régates demain matin avec des parcours techniques (départ ponton à 9h).

____________________________________________

Une oreille sur les pontons

Franck Cammas, skipper de Groupama 34 :
« 25 heures de course au près, ce n'est pas ce qu'on préfère et c'est plutôt long sur ces bateaux-là. Mais c'était intéressant tactiquement parce qu'il y avait beaucoup de renverses et de changements de direction de vent. Il fallait être toujours du bon côté. Je pense que personne n'a toujours été du bon côté. Il fallait juste y être un petit peu plus que les autres et c'est ce qu'on a pu faire avec un bateau qui allait vite. Il y eu de l'action : on a même touché un banc de sable par moment et il va falloir vérifier sous le bateau ce qu'il se passe.
C'est toujours bien de remporter un coefficient 4, il vaut mieux avoir des points d'avance que de retard. Tout peut changer très vite, il y a à peine cinq jours depuis le départ du Tour. Plein d'étapes vont arriver dont certaines très importantes en coeff' et très compliquées. On est évidemment sur une bonne dynamique et on espère que ça va continuer. Mais c'est quand même très serré, la moindre condition de vent prise à l'envers peut couter très cher. Le niveau est haut sur la flotte. »

Nicolas Troussel, skipper de Bretagne Crédit Mutuel Elite :
« On est très content d'être arrivé. On comptait les milles, c'est vrai que c'était un peu long. Peu de sommeil et beaucoup de rappel dans les filières pour essayer de faire avancer le bateau, avec toutes les évolutions qu'il pouvait y avoir. Il fallait être attentif et il fallait faire du rappel. Ce n'était pas très confortable sur le bateau. On a aussi été voir les bancs de sable. On va compter le nombre de virements de bord qu'on a faits … Il y en a quelques uns.  
« On très content de notre deuxième place ici. On a bien régaté même si je pense que Groupama 34 est encore un peu plus rapide que nous. Il faudra s'améliorer si l'on veut rivaliser avec lui. »

Thomas Coville, skipper de Sodebo :
« Qu'est ce qu'il faut endurer pour faire une troisième place, c'est inimaginable ! On savait que cela allait être dur mais c'est vraiment dur, tous ces efforts pour ne faire que trois. Mais bon, c'était une belle bagarre, Groupama était impérial. Il allait plus vite, on s'est bagarré avec eux au début, on était en tête, on était content du départ. Nous nous sommes battus comme des diables ce matin et c'est vrai que ça faisait plaisir de passer deux autres bateaux à l'arrivée pour finir sur le podium. On s'est fait une belle bagarre toute la nuit avec Troussel, j'aime bien ce genre de combat. »

Alexis Littoz, navigateur sur TPM Coych :
« 172 virements très précisément en sachant qu'il y en a 100 sur la première partie jusque Dunkerque ! Nous n'en avions pas prévus autant mais le vent était pile dans l'axe et nous n'avions pas de bord rapprochant. Il fallait virer, se rapprocher de la côte pour avoir moins de courant. On est content car les jeunes apprennent. C'est productif. Nous aurions aimé faire dans les six mais les Suisses étaient trop loin et ils nous ont marqués à la fin. On n'a pas pu les doubler. C'était une étape fatigante, même au seul niveau de la navigation. »

 

Plus d'infos sur le site du Tour de France à la voile 

 

Par : Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :