Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Résultats contrastés dans un meltem naissant

[Equipe de France]  - le 15/08/2004

[Equipe de France] A l'image du temps qui est devenu orageux sur Athènes, le résultat de cette deuxième journée de compétition pour la voile française est plus contrasté que le bon tableau d'ensemble présenté hier soir. Il est vrai qu'avec quatre séries supplémentaires en lice - naviguaient aujourd'hui les 470 H et F, les Finn, les Yngling plus les Mistral H et F, les Europe et les Laser - une plus grande variété dans les résultats n'est pas étonnante.
Au rang des satisfactions, le tir groupé des 470 qui se maintiennent en haut du tableau : chez les femmes, Ingrid Petitjean et Nadège Douroux (SN Marseille), 5 et 7 aujourd'hui, pointent à la 3ème place à 5 points des grecques Sofia Bekatorou et Emilia Tsoulfa, décidément au rendez-vous chez elles tandis que Gildas Philippe (Douarnenez Voile) et Nicolas Leberre (SR Brest), 13 et 7 dans les deux manches du jour, sont 4ème à 18 points des anglais Nick Rogers et Joe Glanfield mais à seulement 1 des 3ème, les grecs Kosmatopoulos et Trigkonis. En planche, dans un classement très serré où les leaders ont été au rendez-vous (les quatre premiers se tiennent en un point !), Julien Bontemps (ASPTT Nantes), 2ème et 4ème est 4ème au général. Chez les féminines, Faustine Merret (Crocodiles de l'Elorn) a été un degré en deça, réussissant parfaitement sa première manche (2ème) mais moins la 2ème (13ème) en raison de quelques erreurs au portant. La Brestoise est 7ème ce soir d'un classement que mène la championne olympique de Sydney, l'italienne Alessandra Sensini.
En Finn, Guillaume Florent (YC Dunkerque) a commencé sur la même tonalité qu'hier (5ème) mais moins bien poursuivi dans la brise (16ème). A noter qu'hier soir, Guillaume n'avait pas hésité une seconde à déposer réclamation contre la « star » britannique Ben Ainslie pour un refus caractérisé de tribord (priorité, ndr). D'où une disqualification pour le champion olympique et la preuve que Guillaume, 6ème ce soir, n'est impressionné par personne.
Plus difficile a été la 2ème journée des filles en Yngling, leader hier. Des départs moyens, des problèmes de réglages dans la brise et une 14ème et 12ème place qui les ramènent à la 6ème place au général.
Quand à nos jeunes représentants en Laser et Europe, Félix Pruvot 12ème ce soir (10 et 20 sur les manches) est à une place habituelle pour lui tandis que la jeune Blandine Rouillé, 25ème à eu un peu plus de mal.
Il est vrai que soufflant à 10 nœuds à mi-journée, le vent a vite grimpé dans l'après-midi avec des rafales à 30 nœuds et une mer se creusant. De quoi casser du matériel - plusieurs dessalages ont été constatés - mais aussi coûter des points à tous ceux qui redoutent la brise. Le scénario devrait se poursuivre demain sur la même tonalité avec un Meltem forcissant. « Il va falloir dîner en conséquence pour être un peu plus lourd » commentait en souriant Nicolas Leberre (470 H) ce soir. Puis plus sérieusement « ce sont des conditions qui ne sont faciles pour personne et où les points sont vite distribués ». C'est dire si la journée de lundi sera à risque… et à espoir !
(les références aux classements sont avant jury)

Les commentaires du jour

Pascal Chaullet (entraîneur Mistral femmes) : « Faustine a bien réussi sa première manche avec un bon départ, de bonnes options et a su accrocher la 2ème place grâce à son dernier bord de près. Dans la 2ème nous étions un peu inquiets car elle avait une planche réglée pour le petit temps et le vent est monté. Mais pourtant ce n'est pas à cause de cela qu'elle a terminé 13ème mais en raison d'erreurs dans le dernier bord de portant. Nous sommes plutôt satisfaits car la première manche est toujours importante pour Faustine et elle ne l'a réussi pas toujours forcément. Seul regret : cela aurait pu être une superbe journée et elle n'est que moyenne en raison de la petite erreur dont j'ai parlé. ».

François Le Castrec (entraîneur Laser) : « Une place de 10 pour Félix c'est bien, une place de 20 moins bien… Mais c'est aussi conforme aux entrées en matière habituelles de Félix. Je pense qu'il craignait cette entrée et paradoxalement de se retrouver dans le même style de cas de figure cela va plutôt le rassurer pour la suite. Il est pour le moment à son niveau mais il sait également qu'il peut bien mieux faire ».

Bertrand Dumortier (entraîneur 470 hommes) : « Sur la journée nous sommes 6ème avec 20 points obtenus donc c'est pas trop mal. Globalement ils ont un peu pêché au près et été par contre très vite au portant. Avec le Meltem qui est rentré cet après-midi certains ont pris beaucoup de points et demain cela va rentrer donc être 4ème ce soir ce n'est pas mal ».

Henri Giraud (entraîneur 470 femmes)
Un premier bilan après deux jours de course et des conditions très variables : « C'est plus facile de parler maintenant qu'hier soir car nous avons eu cette 4ème manche de brise. Du coup on peut tirer quelques enseignements. Il faut être très concentré sinon on part vite au tas et c'est arrivé à plusieurs filles aujourd'hui. Manifestement certaines ne sont pas dans le coup - je pense à l'israélienne - et d'autres très irrégulières comme les hollandaise faciles vainqueurs de la première manche et qui ont chaviré dans la 2ème alors qu'elles étaient 2ème. Même style de mésaventure pour les slovènes et les espagnoles. Personne n'est à l'abri. Par exemple les grecques dominent pour le moment, elles naviguent bien et sont chez elles. N'empêche dans la dernière manche elles se sont mises sur le toit. Bon c'est sans conséquence car elles finissent 13ème mais c'est un avertissement. Ingrid et Nadège sont elles très régulières, parfaitement dans leur tableau de marche. Pas d'affolement mais des bons départs, pas d'euphorie non plus, elles ont leurs qualités habituelles : dès une manche où une journée finie, elles sont déjà dans la suivante. »

Ils entrent en scène demain : 49er : Marc Audineau (YC Antibes) et Stéphane Christidis (EV Cagnes s/mer), 8ème du championnat du monde 2004, 3ème du championnat d'Europe 2004

Interview Marc Audineau
Comment te sens-tu à 24 heures de ton entrée en scène : « En pleine forme ! Nous venons d'aller faire une petite course avec Steph et techniquement les manches d'entraînement nous ont prouvé que cela fonctionnait bien. Nous sommes en confiance, sans excès non plus »

Le Meltem s'installe aujourd'hui, qu'en penses-tu ? « Nous n'en avons pas eu depuis notre arrivée donc aujourd'hui nous allons bosser la théorie là-dessus. Marc Bouet nous a fait d'excellents résumés ».

La concurrence ? « Il y a deux équipages qui dominent par leur régularité : les espagnols et les anglais. A part eux c'est très ouvert avec 7 à 8 autres qui peuvent aspirer au podium. Nous sommes parmi eux et nous n'avons rien à leur envier. Le championnat d'Europe a montré que nous étions dans le coup ».

Les JO c'est spécifique ? « Oui par le format plus long de la régate. Nous allons devoir courir 16 manches dans des conditions de finale au lieu de 8 dans les autres épreuves (dans un championnat les concurrents débutent en groupe avant que les meilleurs soient regroupés dans le même groupe les derniers jours dits de finale. ndr). Mais cela ne nous effraie pas. Il faudra être régulier et c'est notre point fort. On sait aussi que l'on a une bonne vitesse ce qui va nous permettre de prendre des départs pas trop risqués ».

Comment trouves-tu ces débuts de JO ? « Bien organisés. Hier nous avons été voir une épreuve de natation et cela nous a bien mis dans l'ambiance. Nous sommes motivés et nous avons très envie que cela commence. Venir huit jours avant a été une bonne chose car cela nous a permis de nous mettre dans le bain ».

La première journée des français hier ? « Nous avons regardé en direct à la TV la 2ème manche des filles en Yngling et cela nous a mis la pêche. Nous nous sommes dits : les autres ont bien débuté, pourquoi pas nous ? Nous avons un groupe soudé ».

Interview Stéphane Christidis
Ce sont tes premiers JO, quelles impressions ? « C'est un rêve de gosse. Depuis 2002 (après le 470, Stéphane a rejoint Marc en 49er) tout ce qui arrive est positif et cela me pousse à donner le meilleur de moi. Nous venons sans pression avec la sensation que nous ne pouvons que nous améliorer. Le top serait que je puisse chanter la Marseillaise sur le podium ! »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :