Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

La délégation française dans les starting blocks pour le mondial de 49er et de 49er FX à Marseille

[Equipe de France]  - le 20/09/2013

[Equipe de France] Après le mondial de 470 à La Rochelle en août dernier, la France a l'honneur d'organiser un deuxième championnat du monde olympique. En haut de l'affiche cette fois, le spectaculaire 49er et son pendant féminin les 49er FX. Les skiffs évolueront dans un écrin à la hauteur : le plan d'eau exceptionnel de Marseille et du stade nautique du Roucas Blanc ! Orchestré par le Yacht Club de la Pointe Rouge, l'événement va rassembler une centaine de 49er et plus de cinquante 49er FX. La première manche est programmée le mardi 24 septembre, l'ultime course ayant lieu dimanche 29 septembre. Chez les hommes, il faudra viser l'excellence pour battre le duo Nathan Outteridge et Iain Jensen, champions du monde en titre et champions olympiques à Weymouth. Chez les femmes, une première page de l'histoire de ce nouveau support olympique va s'écrire à Marseille. Difficile d'en connaître à l'avance les premiers rôles. Des Français armés pour le podium

Ce qui est certain, c'est que les Bleus vont tout faire pour briller dans leurs eaux. Comptant parmi les meilleurs spécialistes de la discipline, les tricolores s'entrainent en effet toute l'année au Pôle de Marseille sous la houlette de Nicolas Huguet. L'occasion est donc rêvée de s'imposer à domicile, sur un plan d'eau qu'ils connaissent par cœur. Les chances sont multiples de faire retentir la Marseillaise dans la ville éponyme car l'équipe de France possède de sérieux atouts. Dont justement la paire 100% marseillaise D'Ortoli / Delpech qui effectue une très belle saison. Leur 3ème place lors du championnat d'Europe en juin dernier au Danemark constitue l'un de leur meilleur résultat sur une régate de cette envergure et on ne voit pas ce qui pourrait arrêter en si bon chemin l'équipage parfaitement préparé pour ce mondial.

Manu Dyen et Stéphane Christidis renouent, eux, avec le 49er après un break depuis les JO. Malgré leur « manque d'étalonnage » comme l'explique Nicolas Huguet, Ils affichent une grande maitrise du support et une bonne expérience des grandes compétitions, ce qui constitue certainement l'une de leur plus grande force. La « pause » qu'ils se sont accordés après les JO leur permet aussi de revenir plus frais, un atout supplémentaire pour marquer un grand coup à Marseille d'autant que tous deux ont profité de cette période sans 49er pour régater sur d'autres supports exigeants comme le D35 !

Mathieu Frei et Yann Rocherieux jouent le rôle d'outsiders mais ils ont déjà prouvé qu'ils pouvaient répondre présents lors des grands rendez-vous à l'image de leur titre de champions d'Europe de la discipline acquis en 2012. Un bémol toutefois : Mathieu est blessé au genou et devrait reprendre la navigation demain. La météo annonce du vent faible après le mistral qui a régné une bonne partie du mois de septembre à Marseille. Des conditions qui seront certainement plus faciles à maitriser pour le duo en raison de cette blessure.

Les jeunes, après avoir brillé cet été sur leur mondial, joueront aussi leur carte à Marseille face aux séniors notamment Kevin Fisher Guillou et Marc Mallaret, 3ème du championnat du monde jeune de 49er en juillet dernier. Notons aussi la présence de Simon Bertheau et Yann Chauvin, 8ème de ce même mondial jeunes. Les deux équipages sont entrainés par Xavier Rohart.
Après plusieurs semaines d'un entrainement soutenu, les Français affichent donc une très belle force de frappe et nourrissent tous les espoirs de podium.

Marseille, le mondial de la découverte pour les 49er FX

Chez les filles, ce sera la première apparition des Françaises sur une compétition internationale. Le support est nouveau, le collectif tricolore très jeune, difficile dans ce contexte de fixer très haute la barre des résultats d'autant que le plateau réunit à Marseille est exceptionnel. « Ça va être un peu la découverte. C'est notre rentrée à nous. On veut lancer l'histoire de la série » analyse le coach Benjamin Bonnaud à quelques jours de l'entrée en scène de ses protégées. Levons le voile sur celles qui composent la délégation officielle sur ce mondial. On note tout d'abord le retour de l'ancienne Lasériste de l'équipe de France Sarah Steyaert. Sarah s'est associée à Julie Bossard, spécialiste du match race. Elles forment chez les Bleues l'équipage possédant la plus grande expérience du haut niveau. Marion Leprunier et Alizée Gadel constituent l'autre duo de la délégation. Plus jeunes et avec très peu de jours de navigation sur le nouveau support olympique, les licenciées du NDCV Angers et de l'ASN Quiberon ont pourtant leur mot à dire. « Marion est certainement la Française la plus expérimentée en skiff. Elle a énormément navigué en 29er » explique Guillaume Chiellino, directeur de l'Equipe de France. Il poursuit : « Avec les FX, nous avons attaqué le travail tard par rapport aux autres nations. Les équipages ont travaillé tout l'été. Le mondial va être l'occasion d'une bonne évaluation avant le grand rendez-vous qu'est Santander, dans un an. L'objectif pour les filles est de sortir de belles manches. Pour un résultat général, ce sera certainement plus compliqué ». A suivre attentivement dès mardi.

Interview Benjamin Bonnaud, entraineur des 49er FX : « C'est un peu la première régate des Françaises. On peut dire qu'elles n'ont que trois stages au compteur ! C'est notre rentrée à nous. Nous abordons ce championnat de manière déterminée mais ce n'est pas facile de se projeter en termes de résultats. Ce sera comme une évaluation du travail fait cet été. On va voir où on se situe. Mais les filles sont très motivées ! Marseille est le seul endroit où on trouve des 49er FX en France. C'est une chance d'avoir ce Pôle et d'être proche des 49er, je crois vraiment que c'est une grosse plus-value car il y a beaucoup d'échanges entre les garçons et les filles. »Interview de Nicolas Huguet, entraineur des 49er : « Nous avons fait plusieurs blocs d'entrainement en juillet, août et septembre. Nous avons notamment fait un gros travail sur Marseille avec des axes sur la préparation physique, les choix techniques, la navigation. Nous avons aussi travaillé sur le plan d'eau en situation de régate et non pas d'entrainement comme nous en avons l'habitude. Nous avons trois équipages très différents en termes de chronologie sportive pour cette année post-olympique. Manu et Stéphane ont été dans le TOP 5 mondial sur la dernière PO. Ils sont toujours à la recherche d'un podium sur une épreuve majeure. Ils manquent un peu d'étalonnage mais ont une grosse expérience des grands rendez-vous. Ils arrivent avec de la fraîcheur, ils peuvent se transcender sur ce mondial. Julien et Noé ont fait une belle performance au championnat d'Europe. Ils ont beaucoup progressé récemment. Il faut voir leur gestion lors d'un grand rendez-vous mais ils peuvent frapper un grand coup sur cette épreuve. Quant à Mathieu et Yann, c'est difficile de se prononcer. Mathieu est blessé au genou, leur fin de préparation a donc été un peu perturbée. Ils ne sont pas à 100% mais tout va dépendre des conditions de vent et du genou de Mathieu. » Interview de Guillaume Chiellino, directeur de l'Equipe de France : « Avec les FX, nous avons attaqué le travail tard par rapport aux autres nations. Les équipages ont travaillé tout l'été. Le mondial va être l'occasion d'une bonne évaluation avant le grand rendez-vous qu'est Santander, dans un an (championnats du monde ISAF). L'objectif pour les filles est de sortir de belles manches. Pour un résultat général, ce sera certainement plus compliqué car une très belle flotte est réunie sur ce mondial.Chez les garçons, nous avons une incertitude sur Mathieu mais je sens globalement dans le groupe une grosse motivation. Ils ont envie d'en découdre. Manu et Steph n'ont pas navigué en 49er cette année mais ils ont beaucoup régaté sur d'autres supports notamment en D35 pour Manu. Il a aussi fait beaucoup de match race, Stéphane également. Julien et Noé ont fait un championnat d'Europe prometteur où il y avait quasiment les mêmes participants qu'au mondial. Leur niveau de jeu se situe dans les cinq premiers mondiaux. En tout cas ce mondial est déjà une belle satisfaction pour la France et pour Marseille car le plateau dans les deux séries est vraiment très beau ! »

Pour suivre le championnat du monde de 49er et de 49er FX :

http://www.ycpr.net/nos-actualites/championnats-du-monde-de-49er-et-49erfx-series-olympiques-367.html

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :