Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Le Yngling Français peut encore éspérer une médaille samedi

[Equipe de France]  - le 19/08/2004

[Equipe de France] Les faits du jour : Dans une brise thermique toujours inférieure à 15 nœuds, deux médailles d'or sont, à une régate de la fin, déjà assurées pour les grecques en 470 Féminin et les britanniques en Yngling. Dans cette dernière série, les françaises, 3ème et 2ème aujourd'hui et 5ème au général ont encore un espoir de médaille : 11 points les séparent de la 3ème marche du podium. Réponse : samedi. En revanche, pour nos représentants en 470 H (7ème ce soir) et Finn (7ème également) la mission est devenue quasi impossible. Et définitivement impossible pour les françaises, 11ème en 470 femmes. Du côté des autres satisfactions : le duo Audineau/Christidis remporte sa première manche, Blandine Rouille poursuit sa remontée en Europe (9ème) et, surtout, Faustine Merret a pris la tête de la compétition en Mistral Femmes.

Les résultats du jour des français (avant jury). (La plus mauvaise manche est enlevée pour toutes ces séries) :

Europe : Blandine Rouille (CNV Aix les Bains) 3ème de la manche 8 et 14ème de la manche 9. 9ème au général (en hausse : + 4) à 33 points du leader, la norvégienne Siren Sundby et à 22 points de la 3ème.

Laser : Félix Pruvot (Equipe de France Militaire de Voile - CN Fouesnant Cap Coz) 32ème de la manche 7 et 23ème de la manche 8. 20ème au général (en baisse : - 2) à 93 points du leader, le brésilien Robert Scheidt.

Finn : Guillaume Florent (YC Dunkerque) 13ème de la manche 9 et 12ème de la manche 10. 7ème au général (stable) à 56 points du leader, le britannique Ben Ainslie et à 28 du 3ème.

Mistral Femme : Faustine Merret (Crocodiles de l'Elorn) 2ème de la manche 5. 1ère au général (en hausse +1 ) avec 9 points d'avance (2ème Sensini : 11) .

Mistral Hommes : Julien Bontemps (ASPTT Nantes) 9ème de la manche 4 et 8ème de la manche 5. 14ème au général à 44 points du leader brésilien Ricardo Santos.

49er : Marc Audineau (YC Antibes) et Stéphane Christidis (EV Cagnes sur Mer) 16ème de la manche 5, 1er de la manche 6. 12ème au général (en hausse : +2) à 19 points des leaders norvégiens Sundby/Bovim

470 hommes : Gildas Philippe (Douarnenez voile) et Nicolas Leberre (SR Brest) : 12ème de la manche 9 et 13ème de la manche 10. 7ème au général (en hausse : + 2) à 42 points du leader, les américains Paul Foerster et Kevin Burnham et 16 de la 3ème place.

470 femmes : Ingrid Petitjean et Nadège Douroux (SN Marseille) 10ème de la manche 9 et 15ème de la manche 10. 11ème au général (en baisse : - 7) à 68 points des leaders, les grecques Bekatorou et Tsoulfa.

Yngling : Anne le Helley (S.R.Rochelaises), Elodie Lesaffre ( APCC Nantes) Marion Deplanque (YC Antibes) 2ème de la manche 9 et 3ème de la manche 10. 5ème au général (en hausse : +2) à 25 points des leaders les britanniques Robertson/Ayton/Webb et à 11 points des 3ème.

Demain sur l'eau : Mistral H et F, 49er , Europe, Laser

Le résumé du jour Elles dominent leur spécialité depuis des années, cumulent les titres de championnes du monde et jouaient à domicile. Elles auraient pu être paralysées par la pression, amoindries physiquement puisque Sofia, la barreuse, a été opérée d'une hernie discale voici deux mois. Cet après-midi, après une nouvelle victoire de manche et une place de seconde, elles ont apporté la meilleure réponse possible : avant même que ne soit courue la onzième et dernière manche samedi, Sofia Bekatorou et Emilia Tsoulfa sont devenues championnes olympiques du 470 féminin. Chapeau bas ! Ce titre, Ingrid Petitjean et Nadège Douroux l'obtiendront peut-être un jour. Elles en ont le talent. Mais les trois années passées en avaient déjà fait des médaillables potentielles grâce à leurs performances, leur régularité et leur sérieux. On imagine leur déception. Avec lucidité, elles ont appris sur le terrain que les J.O ne sont décidément pas une épreuve comme une autre. En témoignent les mauvaises manches qu'elles cumulent depuis trois jours. Ce soir, elles rétrogradent à la 11ème place au général et peuvent encore espérer terminer dans les huit premières, équivalent symbolique d'une place de finaliste en athlétisme. Une consolation qui ne les intéresse guère. Elles venaient pour le podium et parions qu'elles iront même en Chine pour le décrocher.

Chez les hommes, Gildas Philippe et Nicolas Leberre, 13ème et 12ème ont pourtant gagné deux places et, 7ème, se sont même rapprochés en points du 3ème dans une série qui reste très ouverte. Mais combler les 16 points qui les séparent du bronze dans la dernière régate devient une mission quasi impossible. Deux points séparent ce soir les nouveaux leaders américains Paul Foerster et Kevin Burnham des britanniques Nick Rogers et Joe Glanfield. Le titre devrait se jouer entre ces deux équipages.

En Finn, il reviendra de façon quasi certaine à un autre sujet de sa gracieuse majesté, l'impérial Ben Ainslie qui devance son second de XX points avant l'ultime manche. Guillaume Florent s'est encore battu avec vaillance : souvent bien parti, ils a cependant cédé du terrain : « c'est une petite accumulation de choses. Des pépins physiques : après mon mal de dos, j'ai l'intérieur de mon genou complètement à vif ce qui me pénalise au rappel. C'est dur mais je m'accroche à une 7ème place qui vu mes problèmes n'est pas si mal ».

Enfin c'est de la 4ème série à s'achever samedi, les Yngling, qu'est venue l'une des bonnes nouvelles françaises de la journée. Au départ des JO, Anne le Helley, Elodie Lesaffre et Marion Deplanque n'étaient pas citées dans nos médaillables possibles. Leur superbe journée, - elles terminent 3ème et 2ème - prouve que ce pronostic était sévère puisque 5ème ce soir à 11 points des 3ème,, elles peuvent encore rêver du bronze et ont de toute façon déjà réussi leur JO ! Hier soir Anne le Helley nous disait « logiquement pouvoir terminer entre 4 et 12, Pour faire mieux, il nous faudra un peu de réussite ». Leur talent leur a donné aujourd'hui le droit d'espérer bénéficier de cette réussite dans 48 heures. C'est déjà une performance. Mais dans cette série au nom imprononçable, ce sont encore les britanniques qui ont frappé fort puisque le trio composé de Shirley Robertson, Sarah Ayton et Sarah Ayton hérite de la deuxième médaille d'or anticipée du jour !

Au rang des autres bonnes nouvelles : la victoire en 49er de Marc Audineau et Stéphane Christidis dans la 2ème manche du jour. A mi-épreuve tout reste évidemment possible si les français se mettent en confiance. En Europe, Blandine Rouille a, comme hier, alterné le très bien, 3ème, et le moins bien, Xème. Il manque peu de chose à la savoyarde pour revenir vraiment dans le match.

Enfin, c'est comme hier en Mistral qu'il faut continuer à chercher nos meilleures chances de médaille dans les jours à venir (à l'exception bien sûr des Tornado et Star pas encore rentrés en compétition- cf notre communiqué spécial de ce 19 aout). Si chez les hommes, Julien Bontemps, 14ème, doit maintenant montre d'un cran, Faustine Merret, 2ème de la manche du jour est en tête devant Sensini. 2ème. La bagarre va être belle et la bagarre, la brestoise connaît… «Ma femme Patricia - explique Henri Bacchini - a offert une mascotte à tous les sélectionnés bretons aux JO. Pour Faustine c'est une loutre. La loutre c'est un animal adorable, quasi souriant mais quand elle voit un poisson elles ne lâche jamais sa proie » ; Et le vice-président de la FFvoile de rigoler avec gourmandise...

Interview Ingrid Petitjean et Nadège Douroux
Comment expliquez-vous ce résultat décevant ? « Les régates aux JO sont très différentes de ce que nous faisons habituellement. Le niveau est plus élevé, aucune favorite n'est absente ou perturbée par une sélection comme cela se produit sur des championnats du monde et puis surtout nous sommes beaucoup moins au départ. Sur le papier on le savait mais tant qu'on ne l'a pas vécu on ne se rend pas compte à quel point il est rapide de se retrouver dernière. Ensuite l'agressivité est vraiment plus forte. Déjà le premier jour, tout le monde était au taquet, cela hurle de tous les côtés, des menaces de réclamations pleuvent. Tout va plus vite. C'est une question d'expérience des JO ».

Pourquoi cette série de mauvaises manches ? « Cela nous était déjà arrivé à la SOF il y a deux ans. En fait à partir de notre rappel individuel hier nous avons pris des risques. Au moins aujourd'hui dans la première manche nous avons réussi à remonter 5 places pour terminer 10ème. On se dit que l'on a appris quelque chose (sourire). Nous n'avons pas bien régaté stratégiquement ».

Vous êtes évidemment déçues ? Ingrid : « C'est sur puisque nous sommes loin de notre objectif qui était une médaille. Mais nous n'avons pas l'impression d'avoir été très près du podium. Même le premier jour quand nous étions 3 c'était à l'arrache ».

Nadège : « Nous avons beaucoup de choses à apprendre. Dans les autres championnats tu combles tes déficiences par d'autres choses. Pas aux JO ».

La victoire des grecques ? « Elles connaissent bien le plan d'eau :! »

Ingrid : « C'est sur qu'elles ont très bien navigué. C'est une leçon pour nous car il y a deux mois elles étaient au fond du trou après l'opération de Sofia et il y a 4 ans elles avaient fait un peu les mêmes JO que nous avec une 14ème place et puis aujourd'hui elles décrochent l'or ! »

Vos objectifs ? Ingrid : « D'abord faire une belle manche samedi, supporter les français encore sur l'eau ensuite et après on se remettra au travail pour Pékin ».

Interview Anne le Helley (Yngling)

C'est une bonne journée : “Nous avons réussi nos deux départs mais après il a fallu se battre et réagir. Hier j'étais furieuse après notre deuxième manche où nous n'aurions jamais du terminer 11ème. En général quand je repars comme ça les résultats suivent. Ca a été le cas aujourd'hui »

Ce sont déjà des JO réussis ? : « Non. Je sais que l'on ne nous voyait pas avec une médaille mais moi j'étais venue pour ça et au pire pour être dans les huit premiers. Or cela va être dur de mettre 11 points d'écarts avec la 3ème. Mais en Yngling tout est possible, les Ukrainiennes ont bien terminé dernière aujourd'hui… Il faut que l'on passe aussi les hollandaises qui sont 4ème. On va prendre des risques car nous n'avons rien à perdre »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :