Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Félix Pruvot et Blandine Rouille concluent joliment leus JO

[Equipe de France]  - le 22/08/2004

[Equipe de France] Les faits du jour : Félix Pruvot remporte la dernière manche en Laser. C'est sa deuxième victoire personnelle. Le breton termine 15ème dans cette série dominée par Roberts Scheidt. En Europe Blandine Rouille, 11ème à 1 point du 10ème, peut également être satisfaite de ses J.O. Tous deux espèrent revenir à Pékin pour jouer le podium. C'est la norvégienne Siren Sundbuy qui l'emporte en Europe. A partir de demain, Star et Tornado enlèveront une manche. On y verra donc plus clair dans ces deux séries où pour le moment les français sont respectivement 9ème et 4ème. En 49er, Marc Audineau et Stéphane Christids ont eu du mal aujourd'hui. Ils ne voient pas d'un mauvais oeil le retour attendu du Meltem demain. Pas plus que nos planchistes Faustine Merret et Julien Bontemps qui reviennent sur l'eau lundi.

Les résultats du jour des français (avant jury) :

FINALES : Europe : Blandine Rouille (CNV Aix les Bains) 6ème de la manche 11. 12ème au général (en hausse : + 3) à 50 points de la championne olympique, la norvégienne Siren Sundby. La tchèque Lenka Smidova et la suédoise Signe Livbjerg sont sur le podium

Laser : Félix Pruvot (Equipe de France Militaire de Voile - CN Fouesnant Cap Coz) Vainqueur de la manche 11. 15ème au général (en hausse : + 5) à 88 points du médaillé d'or, le brésilien Robert Scheidt. L'autrichien Andreas Geritzer et le Slovène Vasilij Zbogar complètent le podium.

Star : Xavier Rohart (Club Fosséen de Voile) et Pascal Rambeau (S.R.Rochelaises) 6ème de la manche 3 et 15ème de la manche 4. 9ème au général à 22 points des leaders brésiliens Torber Grael et Marcelo Ferreira.

Tornado : Olivier Backès (USPEG Marseille) et Laurent Voiron (YC Chambéry) 11ème de la manche 3 et 2ème de la manche 4. 4ème au général à 18 points des leaders américains Lovell et Ogeltree.

49er : Marc Audineau (YC Antibes) et Stéphane Christidis (EV Cagnes sur Mer) 18ème de la manche 10 et 12ème de la manche 11. 13ème au général à 39 points des leaders espagnols Iker Martinez et Xavier Fernandez et à 33 des 3ème.

Demain sur l'eau : Mistral H et F, Tornado, Star et 49er.

Le résumé du jour

La France n'a certes pas encore décroché de médailles en voile mais depuis trois jours une certaine montée en puissance est perceptible. On se souvient, hier, que les filles de Yngling avaient brillamment remporté la dernière manche et échoué d'un rien pour le podium tandis qu'en 470 hommes Gildas Philippe et Nicolas Leberre, 2ème, décrochaient la 5ème place au général. Aujourd'hui c'est de nouveau Félix Pruvot, déjà vainqueur de la 9ème manche vendredi, qui a clôt en beauté l'épreuve des Laser remportée par le brésilien Robert Scheidt. Le finistérien a mené de bout en bout la dernière manche avec la même impression de facilité que voici 48 heures. Le buste droit, le geste facile il symbolise bien cette équipe française qui ne manque pas de talent. Etre parvenu à le concrétiser ainsi peut constituer un signe positif pour tous ceux qui restent en lice pour une médaille. Remonté à la 15ème place du classement grâce à son finish (42 inscrits), son parcours lui donne le droit d'espérer revenir à Pékin. Avec cette fois le podium pour objectif… Chez les Europe, qui a vu le triomphe de la norvégienne Siren Sundby, Blandine Rouille, 6ème aujourd'hui, aura effectué l'une des plus belles remontées de ces JO : dernière à l'issue de la première journée, elle termine 11ème à 1 point de la 10ème. « C'est une sacrée expérience et même si une erreur avant-hier me prive de la 8ème place, je considère que pour quelqu'un qui préparait Pékin et qui n'escomptait pas aller à Athènes il y a 2 ans, c'est un bon résultat ». Comme Félix, la savoyarde compte bien remettre cela dans 4 ans. Dans tous les cas ces deux espoirs auront réussi à remettre sur rail deux séries où le tricolores étaient absents à Sydney.

Le Tornado part de moins loin : le catamaran de sport reste une tradition française même si notre pays ne compte plus de médaillés dans cette série depuis la victoire de Loday et Hénard en 1992. Olivier Backès et Laurent Voiron l'ont d'ailleurs prouvé en étant vice-champions du monde 2002. Et pour le moment, après 4 régates, ils sont dans le match. Certes ils ont eu des difficultés dans la première manche mais ont su revenir de la dernière place à la 11ème entre la première marque et la ligne d'arrivée . Un signe de vitesse évidente. Dans la manche suivante, ils ont terminé 2ème à 7 secondes seulement des vainqueurs autrichiens. Les tricolores sont 4ème ce soir derrière un trio de haute volée : les américains, les autrichiens et les argentins ! Demain, une fois la plus mauvaise manche enlevée, nous commencerons à avoir une photographie plus exacte de la hiérarchie.

D'autant que du Meltem est annoncé. Traduction : du vent évidemment plus fort que la brise thermique faible qui règne depuis plusieurs jours. Des conditions qu'affectionnent Xavier Rohart et Pascal Rambeau en Star, 6ème et 15ème aujourd'hui, et qui pourrait rapidement redistribuer un classement où l'on retrouve nombre d'amateurs de petit temps dans les premiers. C'est dumoins ce qu'espère leur entraîneur Daniel Dahon qui a constaté aujourd'hui chez nos champions du monde 2003 « une petit déficit de vitesse dans ces conditions qui mixaient vent léger et clapot. C'est un peut-être un petit problème technique sur lequel nous allons nous pencher ».

Enfin, Marc Audineau et Stéphane Christidis ont vécu une journée difficile en terminant 18 et 12ème. Explication de Guillaume Chiellino, leur entraîneur : « Ils ont fait des départs pas mauvais mais pas transcendants non plus et ensuite ils ont commis des erreurs tactiques ». Les méditerranéens peuvent se dire ce soir que demain sera un autre jour. Avec un autre temps...

Les interviews du jour

Félix Pruvot :
Encore une belle manche ? « J'y ai pris un vrai plaisir (sourire !). J'ai également eu un peu de chances car il y a eu un premier départ et j'étais OCS. Heureusement la manche ne s'est pas terminée faute de vent. Ensuite j'ai pris un bon départ, j'ai pris le bon côté et j'ai accéléré. C'est sur que ces deux derniers jours sont un bon élan pour Pékin ». Deux victoires c'est un plus ? « Cela fait toujours plaisir de gagner deux manches mais aux J.O c'est énorme ! Cela me permet de passer de JO ratés à des JO réussis. Mais pas complètement car je visais une place entre 8 et 10. Mais encore une fois avec mes camarades du Laser c'est un bon signe pour que l'un d'entre nous aille à Pékin avec un objectif de podium. Je vais m'y préparer dès novembre »
Scheidt ? « Ce n'était pas mon favori car je voyais plutôt l'autrichien mais bravo il a su être le plus régulier ».

Blandine Rouille : « Je termine par une bonne dernière manche mais finir à 1 point de la 10ème me déçoit un peu. Mais bon si à l'issue de ma première journée ratée on m'avait dit que je passerai finalement de la dernière (25) à la 11ème place j'aurais signé tout de suite. C'est malgré tout dommage d'avoir raté une manche avant-hier. J'ai commis une erreur bête puisque 5ème j'ai lâché le paquet pour tenter ma chance toute seule… Cela me coûte sans doute la 8ème place du général ce qui était mon objectif. »

Ce que tu retires de ces JO : « Une énorme expérience. J'ai beaucoup appris. Ici personne ne lâche un point, c'est très serré. Il ne faut pas oublier que j'ai régaté au niveau international pour la première fois en 2000 alors que les filles ici étaient pour la plupart déjà aux JO. Je pense que je vais m'apercevoir de l'expérience acquise ici dans les prochaines compétitions internationales »

La suite : « Finir mes étude d'ingénieur en 2005. Et puis m'y remettre. Moi quand j'ai débuté l'objectif était Pékin et non d'être à Athènes. Et je finis 11ème ! Alors c'est sur que cela me donne envie de tenter ma chance une seconde fois pour un podium. Et puis il parait qu'il n'y a pas beaucoup de vent là-bas (rire - Blandine aime particulièrement le petit temps, ndr) ».

Julien Bontemps

Comment abordes-tu tes trois dernières manches ? « On annonce du vent et je devrais être plus à l'aise. Je vais essayer de donner le maximum comme je le fais depuis le début. Donc je ferais du mieux possible à chaque manche et on verra ce que cela donne au classement à la fin. Mathématiquement c'est encore possible mais il ne faut pas se cacher que ce sera difficile ».

Comment analyses-tu tes résultats ? « Je n'ai pas trop réfléchi, je laisse cela pour après la compétition. Pour le moment je suis encore dedans »

Faustine Merret

Comment te sens-tu à 3 régates de la fin ? « Cette journée de repos venait à propos car je suis fatiguée. C'est l'accumulation des journées sans repos et les longues heures d'attente sous le soleil à attendre les départs. Je crois même avoir été victime d'une petite insolation. Aujourd'hui j'ai essayé de dormir mais sans trop de succès alors je bois beaucoup d'eau, je mange, je suis passée chez le kiné, je fais des étirements. Je vais également faire un petit briefing Meltem avec mon entraîneur puisque l'on annonce son retour ».

Qu'est-ce qu'implique de régater surtout à quatre avec l'italienne, la chinoise et la hong-kongaise ? « Au début de manche, on fait vraiment attention à ne pas se faire décrocher et quand l'on voit que l'on est devant ou avec les trois autres on se dit « ouf ! on est dans le coup ». Cela implique de ne pas lâcher un mètre et ce sera comme cela jusqu'au bout. Chacune d'entre nous à sa manière de régater. Lee pratique le marquage facilement, Yin la chinoise beaucoup moins et est typée petit temps et Sensini a tendance à faire sa course mais les derniers jours elle saura très bien contrôler ses adversaires s'il le faut. Dans la brise thermique il est beaucoup plus facile de marquer ses adversaires que dans le Meltem où le vent est plus fort et plus oscillant et où les différences de vitesses sont importantes. Pour ma part je préfère cette situation donc l'arrivée du Meltem m'arrange plutôt ».

Daniel Dahon (entraîneur des Star) : « La journée a été assez dure car nous avons du constater un petit manque de vitesse dans ce mixte clapot/vent faible. Cela nous a toujours mis en retard au niveau des oscillations. Dans la première manche ils limitent cet handicap en terminant 6ème mais dans la 2ème il n'y a pas eu de miracle. C'est un petit problème dans ce type de temps sur lequel nous allons vite nous pencher car il y a bien longtemps que je ne les avais pas vu manquer de vitesse. C'est sur que c'est également un temps qui avantage les coureurs typés et que le Meltem va peut-être changer les choses. Mais le brésilien qui est en tête est bon dans tout type de temps ».

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :