Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Faustine la battante

[Equipe de France]  - le 23/08/2004

[Equipe de France] Les faits du jour : En Mistral femmes, avant la dernière régate mercredi, l'italienne Alessandra Sensini devance la française Faustine Merret de 2 points et la chinoise Jian Yin de 5. La Hong Kongaise Lai Lee est légèrement décrochée à 12 points de l'italienne. La brestoise a été extraordinaire aujourd'hui revenant notamment de la 14ème à la 3ème place dans la manche 2. Faustine décrochera-t-elle la première médaille de la voile française depuis les JO de 1992 ? Réponse dans 48 heures. Chez les hommes, Julien Bontemps finit fort avec une 4ème et une 2ème place davantage en rapport avec son talent. Il est 8ème au général. En Tornado, Olivier Backès et Laurent Voiron virent 4ème à mi-championnat dans une série où les huit premiers peuvent prétendre au podium. Malgré un petit déficit de vitesse, Xavier Rohart et Pascal Rambeau s'accrochent à une 6ème place qui leur laisse tous les espoirs. Il leur reste encore six manches pour accroître leur potentiel. En 49er, à quatre manches de la fin, Marc Audineau et Stéphan Christidis sont 14ème.

Les résultats du jour des français (avec tous la plus mauvaise manche enlevée et les deux pour le 49er) :

Mistral Femme : Faustine Merret (Crocodiles de l'Elorn) 4ème de la manche 9 et 3ème de la manche 10. 2ème au général (en hausse + 1 ) à 2 points de l'italienne Alessandra Sensini et trois points devant la chinoise Jan Yin.

Mistral Hommes : Julien Bontemps (ASPTT Nantes) 4ème de la manche 9 et 2ème de la manche 10. 8ème au général (+2) à 44 points du leader brésilien Ricardo Santos et à 29 du 3ème, le grec Nikolaos Kaklamanakis..

Star : Xavier Rohart (Club Fosséen de Voile) et Pascal Rambeau (S.R.Rochelaises) 7ème de la manche 5. 6ème au général à 17 points des leaders brésiliens Torber Grael et Marcelo Ferreira.

Tornado : Olivier Backès (USPEG Marseille) et Laurent Voiron (YC Chambéry) 5ème de la manche 5 et 4ème de la manche 6. 4ème au général à 6 points des leaders américains Lovell et Ogeltree.

49er : Marc Audineau (YC Antibes) et Stéphane Christidis (EV Cagnes sur Mer) 11ème de la manche 12. 14ème au général (en baisse - 1) à 48 points des leaders espagnols Iker Martinez et Xavier Fernandez.

Demain sur l'eau : Star et 49er.

Le résumé du jour

Les suspens est décidément au rendez-vous chez les Mistral femmes. La cause ? Cinq régatières de grande qualité qui n'ont, une fois plus, rien voulu lâcher aujourd'hui. Se sachant hors de portée d'une médaille depuis sa double disqualification, la néo-zélandaise Barbara Kendall a assuré le spectacle en remportant les deux manches. Mais c'est évidemment la bataille farouche qui oppose la chinoise Jan Yin, l'italienne Alessandra Sensini, la française Faustine Merret et la hong-kongaise Lai Lee - dans cet ordre au général ce matin - qui a retenu l'attention. Première question : laquelle de ces quatre jeunes femmes céderait du terrain aujourd'hui en vue du podium ? Rien n'est évidemment joué, mais mathématiquement Lai Lee a perdu gros en terminant 5 et 8 . Ce soir elle est donc 4ème à 12 points de la première et à 7 points du bronze. Plus encore que les chiffres, la ressortissante de Hong Kong a paru un ton en dessous dans les deux régates. A un degré moindre, la chinoise Jian Yin a elle aussi semblé légèrement céder prise dans ce combat d'amazones. Certes, elle est à créditer d'une belle 2ème place dans la première manche disputée dans du vent faible mais dans la deuxième, démarrée avec une brise de 14 nœuds diminuant progressivement à 10 nœuds, elle n'a pu tenir le rythme : 4ème à la première marque au vent, elle coupera finalement la ligne en 9ème position. La chinoise est 3ème à 5 points de la première. On aura donc compris que Sensini et Merret ont repris le commandement. A une régate de la fin 2 points séparent l'italienne de la française (toutefois aux meilleures manches obtenues, l'italienne devancerait la française en cas d'égalité de points) ! Ces deux-là nous ont offert aujourd'hui un duel de haute volée, rappelant que le mot furia fonctionnait dans les deux langues. Sur l'eau d'abord, dans la première manche, où se retrouvant au coude à coude dès le premier bord de près, elles ne se sont plus quittées au point de laisser la chinoise libre de ses mouvements. Entre ces deux jeunes femmes de tempérament, la combativité a même fait des étincelles : témoin l'explication sévère les opposant verbalement dès la ligne d'arrivée franchie au milieu des bateaux presse. Rien de grave ni d'inhabituelle à la suite d'une régate d'une rare intensité mais cette joute verbale a démontré que ni la brestoise, ni la native de Grosseto ne s'en laisseraient compter. Dans la 2ème manche, Faustine a certainement effectué LE retour de cette épreuve : auteur d'un départ moyen, elle passe 14ème à la première bouée tandis que l'italienne est 2, la chinoise 4 et la hong kongaise 11ème ! Pire 47 secondes la séparent de l'italienne. Faustine met alors le feu. Faisant appel à toute son énergie et son intelligence de la régate, il lui suffit de trois marques pour remonter à la 3ème place ! Il a peut-être manqué un bord à la française pour faire mieux encore puisqu'elle coupera finalement la ligne 8 secondes derrière Kendall et 6 derrière Sensini ! Du grand art qui, ce soir, place idéalement Faustine pour décrocher ce qui serait la première médaille française en voile depuis les JO de Barcelone. Et peut-être mieux encore. Une chose est sure : mercredi le plan d'eau d'Athènes va bouillonner.

La planche française a décidément été à l'honneur aujourd'hui puisque Julien Bontemps a effectué sa meilleure journée. 4ème et 2ème, deux places plus en phase avec son rang de champion du monde, il revient à la 8ème place. On peut faire confiance au nantais pour progresser encore mercredi. Chez les hommes également, la bagarre va être rude pour l'or, 5 points seulement séparant le leader, le brésilien Ricardo Santos, du 3ème, le grec Nikolaos Kaklamanakis.

Mystère du plan d'eau d'Athènes, les Tornado qui régataient à la même heure que les planches et à moins de deux milles de distance, ont eu subi un fléchissement du vent. Dans ces conditions très variables, Olivier Backès et Laurent Voiron ont fait preuve de régularité terminant 5ème et 4ème. Ils sont ce soir 4ème d'une série qui s'annonce également très serrée puisque les 7 premiers sont en 10 points.

Une seule manche aura pu être disputée en Star. A mi-épreuve, les brésiliens Torben Grael et Marcelo Ferreira ont encore marqué des points aujourd'hui. Ils possèdent désormais 7 points d'avance sur leur second. Xavier Rohart et Pascal Rambeau n'ont pas bénéficié de plus de brise qu'hier - annoncé le Meltem, a différé son arrivée. Ils terminent néanmoins 7ème et restent évidemment en jeu pour le podium escomptant bien trouver ce petit plus en vitesse qui leur fait défaut aujourd'hui et qui leur permettrait de revenir aux toutes premières places.

Ce que ne parviendront sûrement plus à faire Marc Audineau et Stéphane Christidis en 49er. Ce « jeune » couple (ils ne sont ensemble que depuis un an ½) paie son inexpérience dans un vent irrégulier qui réclame une grande technique du 49et et des réactions quasi instinctives du duo. Marc compte cependant sur le retour du vent annoncé pour finir en beauté : « nous aimerions faire comme les filles en Yngling qui ont terminé leurs JO par des places de 3, 2 et 1 ! ». Un bon exemple assurément.

Les interviews du jour

Olivier Backès (Tornado) : « Nous sommes dans la position que je nous souhaitais à mi championnat c'est dire à portée de points des leaders. Je préfère être « challenger 4 » que « defender » et si possible prendre la tête à la dernière manche. Mais bon je ne suis sur de rien et puis si nous prenions la tête avant je ne le refuserai pas (rire) ! Aujourd'hui les conditions ont encore été rocambolesques avec une dernière manche raccourcie. D'ailleurs certains concurrents réclament pour demander l'annulation de la manche. Je ne vois pas pourquoi cela serait accepte puisque hier nous avons été débouté dans une demande similaire alors que nous avions terminé le bord de près sous spi ! Nous sommes également satisfaits car nos journées sont sans cesse meilleures. Côté classement : huit peuvent encore jouer pour la victoire. Les anglais sont hors du coup, les espagnols ont eu une avarie le premier jour et par contre les Portoricains et les Russes constituent une surprise en s'intégrant dans ce groupe de 8. Pour le moment nous sommes bien dans nos JO mais le jour de repos ne sera pas de trop car nerveusement c'est dur ».

Xavier Rohart (Star) : « Depuis le début c'est un déroulé identique. Nous n'avons jamais été maîtres de notre destin. Soit des bateaux nous rattrapent et nous coincent soit d'autres nous sortent et du coup nous nous retrouvons en décalage avec les adonnantes et les refus. A chaque fois il nous faut ensuite tout tenter pour remonter quelques places. Il nous manque un peu de vitesse. Pourtant nous nous sommes beaucoup entraînés ici ce qui nous avait permis d'identifier deux types de temps : le Meltem et une brise thermique relativement régulière. Et là c'est très différent : le vent change tout le temps et il y a même du clapot. Notre matériel n'est pas vraiment réglé pour ça. Dans ces conditions c'est vraiment bien que nous nous retrouvions 6ème et encore dans le coup. Nous avons évité 4 fois sur 5 la correctionnelle. Nous allons réglé le bateau et changer notre stratégie à bord car il nous être plus réactif, plus dans un rythme « ping pong ». Dans notre jargon nous disons qu'il faut que « cela pète plus » ! C'est très serré puisque après une heure de régate cet après-midi, une minute séparait le premier du dernier. Mais déjà aujourd'hui nous sentons que cela commence à venir ».

Marc Audineau : « Nous n'avons pas très bien navigué ces derniers jours. Dns les petits airs instables c'est difficile et nous payons la récente formation de notre équipage. Hier nous n'avions pas trop le moral mais là cela va mieux. Nous allons essayer de finir en beauté comme les filles du Yngling. Nous allons prendre les manches une à une. Et puis après, nous espérons faire la fête avec Faustine pour la médaille qu'elle mériterait vraiment. Et moi je la vois bien en or ».

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :