Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Montée en puissance du Star Français

[Equipe de France]  - le 24/08/2004

[Equipe de France] 2ème de la manche du jour disputée dans le Meltem - 17 nœuds de vent - les staristes français remontent à la 5ème place du général à 1 point du 2ème ! Xavier Rohart et Pascal Rambeau sont en progression constante. En 49er Marc Audineau et Stéphane Christidis ont stoppé leur mauvaise série : 4ème, 8ème et 10ème, ils accèdent à la 11ème place du général avant leur dernière régate qui aura lieu jeudi. Demain finale pour Julien Bontemps en Mistral hommes et Faustine Merret chez les femmes. La Brestoise va courir pour une médaille.

Les résultats du jour des français (avec tous la plus mauvaise manche enlevée et les deux pour le 49er) :

Star : Xavier Rohart (Club Fosséen de Voile) et Pascal Rambeau (S.R.Rochelaises) 2ème de la manche 6. 5ème au général (en hausse +1) à 14 points des leaders brésiliens Torber Grael et Marcelo Ferreira et à 1 point des 2ème et 3ème.

49er : Marc Audineau (YC Antibes) et Stéphane Christidis (EV Cagnes sur Mer) 4ème de la manche 13, 8ème de la manche 14 et 10ème de la manche 15 . 11ème au général (en hausse + 3) à 56 points des leaders espagnols Iker Martinez et Xavier Fernandez.

Demain sur l'eau : Finale des Mistral hommes et femmes. Star et Tornado.

Le résumé du jour Xavier Rohart, lucide comme à son habitude, nous disait hier les difficultés de l'équipage tricolore pour trouver la bonne vitesse dans les petits airs variables qui dominent depuis leur entrée en lice. Il ajoutait enregistrer cependant des progrès au fil des régates. Si d'ici samedi, ce type de brise revient, il sera temps de valider les correctifs techniques apportés par Xavier et Pascal. En attendant, ils ont aujourd'hui frappé fort dans le Meltem. Un vent de 17 nœuds de Nord-est encore instable en direction. 11ème à la première marque au vent à 53 secondes du premier, les deux hommes ont mis le turbo pour remonter progressivement. Ils finissent 2ème derrière des suédois peu dangereux au général et marquent ainsi des points mathématiques et psychologiques sur les dix premiers du classement. Un classement incroyablement serré à mi-épreuve puisque derrière les brésiliens Torber Grael et Marcelo Ferreira qui devancent leurs seconds de 13 points - des canadiens qui ont terminé derniers aujourd'hui à 6mn35 des vainqueurs ! - cinq concurrents se tiennent en 3 points. Parmi eux évidemment nos champions du monde 2003 qui remontent à la 5ème place à 1 point du 2ème.

La brise revenue a également souri au duo français en 49er. Oubliées les places au-delà de 10, Marc Audineau et Stéphane Christidis ont bouclé les manches du jour aux 4ème, 8ème et 10ème place. Certes ils ne peuvent plus espérer un miracle au classement - bien qu'une place de « finaliste » (dans les 8) leur plairait bien - mais tous deux savent que dans une équipe - et dès leur arrivée à Athènes les observateurs ont pu constater que nos régatiers en formaient une - chaque signe positif rejaillit sur l'ensemble du groupe. Et assurément depuis quelques jours la dynamique bleue va dans le bon sens.

Car si cette équipe est pour le moment privée de médailles, elle se bat et n'accepte pas de déposer les armes. C'est ce que fera demain Julien Bontemps en Mistral pour sa dernière régate. Pour l'honneur mais aussi pour gagner quelques places et insuffler ainsi encore un peu plus d'énergie aux Tornadistes et Staristes qui clotureront les JO samedi. Et bien évidemment Faustine Merret qui va prendre le départ de la régate la plus importante de sa vie. Va s'y jouer une médaille pour cette jeune femme qui, depuis 1999, a terminé sur le podium de tous ses championnats du monde mais qui n'avait jamais eu la chance de défendre les couleurs de son pays aux JO. Tendue Faustine à la veille de sa course ? Evidemment un peu, mais loin d'être paralysée par l'événement. Et comme tous ceux qui ont pu observer sur l'eau hier l'irritation de cette autre grande championne qu'est l'italienne Sensini devant la pugnacité de la « francese », on ne pariera pas sur celle des deux qui subit actuellement le plus la pression. Car l'une, championne olympique sortante et en tête avant la dernière régate a demain tout à perdre et l'autre tout à gagner puisque solidement installée sur le podium avec 10 points d'avance sur la 4ème. L'autre : Faustine Merret, dite Fofo, brestoise de 26 ans, licenciée aux « Crocodiles de l'Elorn ». Une gentille qui sait mordre.

Les interviews du jour

Xavier Rohart : « C'est évidemment une bonne journée. Et pourtant, comme hier, on revient de loin. Nous avons toujours le même petit problème au près mais heureusement nous allons vite au portant ! Ne pas être à 100% de son potentiel et à 1 point du 2ème c'est vraiment bien. C'est de toute façon extrêmement serré ».

Marc Audineau : « C'était mieux et cela aurait pu encore l'être davantage puisque dans la dernière nous passons 3 à la bouée au vent. Nous avons pris deix bons départe et dans la brise nous exploitons mieux notre potentiel. J'aimerais bien jeudi finir par une victoire. Ce serait notre 2ème. Et sinon nous sommes à un point du 10ème et à 9 du 8ème. Rentrer dans les « finalistes » m'irait bien. On ne sait jamais ».

Faustine Merret :

Quelle tactique demain ? « Cela dépend des conditions. S'il y a du Meltem, un écart latéral peut coûter énormément de places alors que si c'est du thermique le marquage est plus simple. Cela n'est pas encore sûr mais je m'imagine bien m'assurer le premier tour que la chinoise (3ème à 3 points de Faustine, ndr) est derrière puis passer à l'offensive sur Sensini ».

Une pression particulière par rapport à une dernière régate de championnat du monde ? « J'ai l'impression que depuis 4 jours nous ne courons que des finales tellement c'est serré ! »

Qu'as-tu pensé hier lorsque tu as viré la première marque de la 2ème manche en 14ème position ? : « Pendant quelques secondes à tout ce qui était en train de m'échapper mais très vite je me suis dit que dans ces conditions il y avait moyen de se refaire. Cela m'est arrivé à un mondial d'être aussi mal dans une dernière manche mais ici remonter 10 places équivaut à en remonter 20 dans un championnat du monde ! »

 

Par :


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :