Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Interview de Benoît Marie et Nicolas Andrieu, 1er et 2ème Français du championnat d'Europe de moth à foil

  - le 27/06/2016


Le Cercle de Voile de Bordeaux a accueilli du 18 au 24 juin sur le lac de Carcans Maubuisson le Championnat d'Europe de Moth à foils.

5 mois après le Championnat du Monde de Moth International à Hayama au Japon où il finissait 27ème au classement et seul français, Benoit Marie accepte de revenir sur sa deuxième course de la saison. « Après être revenu du championnat du monde au sud-est de Tokyo légèrement frustré suite à des casses matérielles majeures en début de course, j'avais à cœur sur cet Européen de pouvoir dépasser et corriger ces erreurs techniques : j'ai donc beaucoup travaillé tant sur les modifications du bateau que sur les problèmes de fiabilité de celui-ci qui ont finalement pu être résolu. Ma force a été l'accompagnement de  Bertrand Dumortier (entraineur FFVoile), qui m'a permis de m'entrainer pendant les 3 jours précédents le début du championnat de manière assidue. Cependant, les conditions météorologiques ont été modifié dès le 1er jour de régate en laissant place à des conditions légères voir très légères sur la quasi-totalité du championnat. Il n'était donc pas toujours évident de voler, l'objectif étant de ne jamais descendre des foils, d'arriver à chercher les risées ainsi qu'à passer les manœuvres dans des conditions pas toujours évidente. La semaine a en effet mal commencé pour moi, à la suite d'un mauvais choix de foil le premier jour, suivi par des manches difficiles. La vraie difficulté était les conditions marginales de vol comprenant des départs très difficiles et risqués, nécessitant un travail particulier tout au long de la course. Des belles manches sur la fin m'offrent donc la 12ème place (Premier Français). Mon bilan est donc très positif : pour moi, le Championnat d'Europe de Moth-foil n'est pas seulement une course mais une course à caractère technologique, nous permettant d'évaluer en permanence les points forts de nos bateaux. C'était aussi l'occasion de se rendre compte de la classe française, qui est bel et bien lancée, qui se porte très bien, et qui selon moi, va rapidement monter en puissance. Il était très agréable de pouvoir naviguer aux cotés de Nicolas Andrieu, qui était très à l'aise dans la compétition et qui a su proposer une très belle performance, ou encore Julien Villon, qu'on voit rejoindre la classe et nous donner la réplique avec beaucoup de plaisir. Faire une 12ème place est donc une très belle performance selon moi, cela n'aurait pas été possible sans le soutien de Bertrand Dumortier de la Fédération Française de Voile, qui nous a permis, à moi et à l'ensemble des coureurs, de valider des acquis ainsi que de s'enlever des doutes de la tête, ce qui a été très apprécié dans l'ensemble. »

 

 

Pour sa 1ère régate en Moth-foil, Nicolas Andrieu se classe en 13ème position, derrière Benoit Marie : « Le Championnat d'Europe de Moth-foil avait pour moi un caractère de découverte. En effet, ayant débuté sur ce support il y a quelques mois seulement, mon but principal était de découvrir la série, mais également de me rendre compte du niveau Européen tout en continuant à progresser. Je n'ai pas du tout été déçu de cette expérience forte en émotion : naviguer seul sur ces bateaux est déjà addictif, mais quand il s'agit de se battre bord à bord avec de réels concurrents, l'enjeu est d'autant plus intéressant. Relativement facile au niveau des conditions, le vent a évolué entre 8 et 13 nœuds, restant donc dans la tranche basse et me permettant de découvrir au fur et à mesures du championnat, de nouvelles pistes de travail toujours dans le but de mieux manier mon bateau. Cette série fait partie de celles dont l'enjeu permanent est le développement du bateau, ce qui est pour moi le plus intéréssant : il faut que le marin progresse, mais il faut également avoir la machine qui va bien. Sans aucun doute, le moth-foil apporte d'excellentes sensations qui permettent de régater à de grandes vitesses tout en se concentrant sur l'enjeu principal de ce support : le maniement du bateau. En effet, l'exigence technique de ce bateau est très importante, et demande la maîtrise totale du bateau avant de se pencher sur la stratégie de la course pour pouvoir espérer une vraie performance. Je suis plutôt satisfait de ma performance aux vu de l'ensemble de la flotte de ce championnat car j'ai pu réagir dans les conditions faciles que nous offrait la régate, après de nombreuses heures passées sur l'eau pour appréhender le championnat. Les évolutions technologiques nécessaires au maintien du bateau en termes de performance sont à l'origine du budget de développement conséquent que réclame cette discipline. »

Toutes les photos, vidéos et résultats sont disponibles ici

Credit Photo : Thierry Martinez

 

Par : Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :