Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

La 2nde étape de la Douarnenez Horta Solo est lancée

[FFVoile]  - le 12/09/2016

[FFVoile]

Chaque année, la Fédération Française de Voile décerne le titre de Champion de France au coureur le plus régulier sur les épreuves majeures du circuit Figaro. Cette année, la Douarnenez Horta Solo constitue la finale de ce Championnat de France. Après une première étape remportée par Charlie Dalin (Skipper Macif 2015), tous les coureurs ont quittés Horta samedi matin pour se lancer dans cette dernière étape du Championnat.

Départ musclé 

C'est un départ à l'anglaise qu'ont pris les coureurs devant les jetées de Horta : un bateau comité, une bouée de bout de ligne et la flotte des Figaristes s'est élancée au bon plein, vers le sud du canal entre les îles de Faial et Pico. Tous avaient beau jurer leurs grands dieux sur les pontons que la course serait longue, que les occasions de créer des écarts seraient nombreuses et que, dans ces conditions, prendre des risques au départ ne servait à rien, il n'a fallu que quelques minutes pour démentir toutes ces louables intentions. Plus de la moitié de la flotte se chamaillait au bateau comité avec pour solde de tout compte, deux concurrents bloqués à l'extérieur de la ligne : Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) et Justine Mettraux (TeamWork). A ce petit jeu, c'est Anthony Marchand (Ovimpex - Secours Populaire) qui prenait le meilleur sur Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM) qui fermait la porte du bateau comité à ses poursuivants. Gildas Morvan (Cercle Vert) partait en second rideau, mais en conservant l'avantage de sa position au vent. Sophie Faguet (Région Normandie) et Corentin Douguet (Sofinther - Un Maillot pour la Vie) complétaient ce groupe de tête.

Nuit agitée 

Le front a touché la flotte en milieu de nuit. Si le vent est monté en puissance, il apparaît que le phénomène aura été moins violent que prévu à l'origine. Les amas nuageux se sont progressivement délités dans la partie arrière du front. Il va falloir maintenant négocier la transition en arrière de cette zone de vent fort. Essayer de profiter du vent fort mais de sud-ouest en avant du front le plus longtemps possible ou bien accepter la rotation des vents et un nouveau mode de gestion de la course ? C'est le dilemme auquel sont confrontés les solitaires de la Douarnenez Horta Solo. C'est sans doute ce qui explique les variations de trajectoire de plusieurs concurrents comme Nicolas Lunven (Generali) ou Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM). Au vent, Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) et Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) ont, eux aussi, infléchi leur route et se retrouvent dans le paquet emmené par Xavier Macaire (Chemins d'Océans) et Gildas Morvan (Cercle Vert), deux marins connus pour leur aisance dans la brise.

Corentin Douguet (Sofinther - Un Maillot pour la Vie) : "C'est lundi matin et ce n'est pas très réjouissant. Cette nuit, j'ai déchiré le génois. Dans l'instant il y a du vent donc ce n'est pas trop handicapant mais cela va le devenir si je n'arrive pas à réparer. Il faut que j'arrive à sécher et réparer cela, mais je n'ai pas de matériel pour..."

Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) : "Après avoir passé 24h en tête, je me suis fait prendre dans le dévent de Sao Miguel. J'ai décidé d'empanner 10 milles au large de l'île pour me mettre sur le bord rapprochant. Trois minutes plus tard j'étais pris dans une molle ; impossible de revenir sur mes pas. Cette nuit 40 noeuds de vent, j'étais en train de passer le front quand je décide d'affaler mon petit spi pour passer sous solent au reaching. Pile à ce moment-là, le bateau plante dans une vague, le solent s'envole et arrache mon tufluf (étai creux ndlr)... Le résultat de la course est compromis... J'ai installé mon solent avec un système de fortune mais je ne pourrai plus mettre le génois ce qui est fort handicapant pour la suite de la course. Je me suis abimé les mains dans la manœuvre mais je vais bien, je reste en course. Je suis juste dégouté. Je vais me reposer, j'ai perdu beaucoup d'énergie. Je discute beaucoup avec Yoann qui lui aussi s'est fait prendre dans le dévent de l'ile. Il est resté sous grand spi et maintenant il est sous génois. Il ne fera pas de changement dans la nuit mais il n'a rien cassé..."

Retrouvez toutes les actualités du championnat ici

 

Par : Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :