Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Journée de brise, Journée bleue

[Equipe de France]  - le 30/06/2005

[Equipe de France]

Le vent est monté en puissance aujourd'hui à Almeria et la France aussi

Les tricolores remportent 5 des 15 manches disputées et font huit fois 2ème !
A mi régate, Sophie de Turckheim (Laser F) et les frères Bonnaud (470) sont en tête. Thomas Lebreton (Laser H), Camille Lecointre et Gwendolyn Lemaitre (470 F) et Nicolas Huguet (Mistral) sont 2ème et Julien Bontemps (Mistral) 3ème. Seule ombre au tableau : Nadège Douroux, équipière d'Ingrid Petitjean en 470 Femmes, a été victime d'un lumbago. Nos championnes d'Europe n'ont donc pu disputer leurs chances aujourd'hui.

Dans cette journée de brise et surtout de mer forte - le vent n'a pas dépassé 25 nœuds en fin d'après-midi mais les vagues conjuguées à une houle courte ont parfois déferlé sur les hauts fonds - les succès tricolores n'ont pas manqué au point que ce soir, à mi régate, six équipages français sont provisoirement sur le podium.
Saluons d'abord en Mistral le retour de Julien Bontemps. Après des Jeux qui n'ont pas été à la hauteur de ses ambitions - avant d'arriver à Athènes, il venait juste d'être sacré champion du monde - et des études à l'INSEP qui l'ont attirées bien loin des plans d'eau, le nantais a eu du mal à se mettre en jambes. Mais dans la brise revenue, Julien a retrouvé ses marques.
Bilan : une place de 2, de 3 et de 1 dans les manches du jour et l'accession à la 3ème place du général à 5 points de l'espagnol Francisco Manchon et du français Nicolas Huguet. Notre champion du monde 2005 a démontré une fois de plus sa régularité en terminant 3ème et deux fois 2ème !. Entre ces trois là la bagarre promet d'être chaude jusqu'au bout avec pour arbitres l'autre espagnol Ivan Pastor et le chypriote Andreas Cariolou également vainqueur d'une des manches du jour.

Autre sourire tricolore, celui des frères Bonnaud. Pour cet équipage présumé plus à l'aise dans le petit temps, difficile de faire mieux dans la brise : 1, 2 et 1 ! Avec à la clef 11 points d'avance sur les champions du monde 2003, les italiens Gabrio Zandona et Francesco Dellatorre. Fermez le ban. Plus difficile a été le parcours de Pierre Leboucher et Vincent Garos (7ème, 11ème, 7ème) qui du coup reculent de 5 places.

A l'image de Romain et Benjamin Bonnaud, la journée de Camille Lecointre et Gwendolyn Lemaitre aurait également pu être radieuse si, alors qu'elles étaient largement en tête, elles n'avaient pas dessalé dans la dernière manche. Du coup elles lâchent pour un point la 1ère place du général au profit des espagnoles Natalia Via Dufresne et Laia Tutzo. Le duo Ingrid Petijean/Nadège Douroux n'a pu profiter du vent pour commencer à remonter au classement. La faute à un mauvais lumbago qui a contraint Nadège à se reposer. Trois manches sans courir, la sanction est immédiate : les deux marseillaises sont dernières ce soir. On saura demain si Nadège est apte à reprendre la régate.

En Laser Thomas Lebreton a su utiliser son point fort qu'est la navigation dans la brise. Seulement 6ème de la première manche après avoir été bien mieux placé à l'issue du bord de près - « Thomas est champion du monde du près mais pas du portant » lâchait, un sourire en coin, son entraîneur François Le Castrec - le brestois s'est « lâché ».
Bilan deux manches de deux et ce soir une place de dauphin du Slovène Vasilij Zbogar au général. Si rien n'est joué car derrière c'est serré (les deux concurrents suivants ne sont qu'à 1 point de Thomas), en voilà au moins un qui sait ce que demain peut lui apporter : « j'aimerais que les conditions restent les mêmes ! ».

Pas sur que Jérémy Steyaert ait le même souhait. Le jeune charentais, 12ème au général, a pour le moment du mal à exprimer le talent qu'on lui connaît.
Une place de 3 dans la dernière manche est toutefois une lueur d'encouragement pour la suite.

Enfin si Sophie de Turckheim se disait mi-satisfaite en rentrant de régate, sa performance du jour régalerait certainement plus d'un concurrent des Jeux Med. Mais l'antiboise est perfectionniste et avait encore du mal à digérer sa mésaventure de la première manche : « j'étais partie bonne dernière après avoir du rattraper un OCS (départ volé, ndr) et j'avais les crocs. Je reviens 2ème et pas loin de l'arrivée, j'ai entièrement chaviré ! Heureusement que Solenne (Brain, ndr) a été super sympa en passant à côté de moi et m'a motivé. Mais après l'arrivée (7ème) j'étais vraiment énervée ».
Les observateurs ont alors pu voir la jeune femme s'isoler avec toutes les peines du monde à se remettre. « Heureusement 5 mn avant le départ mes entraîneurs sont venus et ont su trouver les mots qu'il fallait. Je n'ai plus cherché à comprendre et je suis repartie ».
Résultat : deux larges victoires de la championne du monde 2002 qui a, du coup, repris la tête du général à égalité de points avec l'italienne Larissa Nevierov. Certes, les cinq premières, dont Solenne Brain, 5ème au général, ne sont séparées que de 5 points mais on saura dans quelques jours si le chavirage de Sophie n'aura pas finalement constitué une mauvaise nouvelle pour ses concurrentes...
En ce 3ème jour de course, les deux manches gagnées haut la main par la française symbolisent en tous les cas bien la montée en puissance de l'équipe de France.

Julien Bontemps :
« Le petit temps qui a pour le moment régné ici est ce qu'il y a de plus sollicitant pour des planchistes donc j'ai payé physiquement mon passage d'une vie étudiante à une compétition de haut niveau. Après chaque manche j'étais crevé. Mais avec la brise mes sensations sont revenues.
C'est ma première victoire de manche dans une compétition internationale depuis les championnats d'Europe 2004. Cela fait du bien dans la tête ! Cela m'a remis dans le match. A 5 points des deux premiers tout est encore possible. Maintenant je régate devant et je ne me prends plus la tête !
J'étais dans une spirale négative et là c'est vraiment agréable de reprendre du plaisir à naviguer J'espère bien terminer ces Jeux Med et après j'ai hâte de toucher la RSX (nouvelle planche olympique, ndr) ».

Thomas Lebreton :
« Globalement c'est une bonne journée. Je vais super vite au près et au portant je sais que j'ai un peu plus de mal ce qui explique ma 6ème place dans la première manche. Mais ensuite tout s'est mis en ordre. C'était vraiment important de ne pas se louper dans des conditions qui sont mon point fort. Il faut que je reste régulier jusqu'au bout car cela va rester serré ».

 

Par : EffetsMer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :